« Nous, femmes artistes de culture musulmane »

« Nous, femmes artistes de cultures musulmanes »

Par une démarche inclusive, nous souhaitons donner la parole à des femmes artistes de cultures musulmane qui s’expriment dans le champ artistique. Notre objectif est de contribuer à la visibilité et à la compréhension de leurs parcours dans leurs contextes particuliers.

Cette recherche-action inédite en Fédération Wallonie-Bruxelles, qui s’attellera jusqu’au 23 juin 2022, devrait nous permettre de rendre compte de la singularité de plusieurs terrains visités, d’approcher la réalité de vie des artistes femmes musulmanes rencontrées. Pour chaque enquête, les artistes bénéficieront -si souhaité- de l’anonymat et nous garantissons la confidentialité des entretiens.

Notre équipe de médiateurs culturels rencontrera, dans le périmètre de Bruxelles, des artistes femmes de culture musulmane objets ou non de discriminations croisées (genre/sexe, culture, religion, ethnie, classe ) et utilisera la grille de lecture intersectionnelle.

Avant d’entamer les entretiens semi-dirigés qui seront enregistrés et filmés, nous procéderons à des entretiens préliminaires (pré-enquêtes) auprès d’experts de terrain à propos de ce que signifie pour eux la (les) culture(s) musulmane(s), en dehors de la dimension religieuse.

Notre recherche aboutira à un rapport final, mais aussi à la réalisation d’expositions, à partir de mai 2022, dans notre résidence ixelloise et chez nos partenaires, mais aussi de publications, de conférences et de tout autre élément qui rendrait visible le « travail » artistique et sociétal de ces femmes.

C’est dans cette optique de réalisations concrètes et de productions artistiques que nous souhaitons mener cette enquête sur un mode partenarial avec des associations bruxelloises, mais aussi au contact d’experts de terrain.

Quelques repères :

  • Enquête qualitative de terrain, sans hypothèse initiale, axée sur le recueil de témoignages, dont l’analyse permet une connaissance basée sur des vécus authentiques des informateurs.trices. Méthode connue sous le terme de « théorisation ancrée » (grounded theory method).
  • De « culture » musulmane : concerne une personne dont l’histoire personnelle a un lien avec la culture musulmane (origines, traditions, folklore…) mais qui n’est pas nécessairement de « confession » musulmane. Il s’agit donc ici de la définition sociologique du terme.
  • Intersectionnalité : (« Intersectionality ») est une notion employée en sociologie et en réflexion politique qui désigne la situation de personnes subissant simultanément plusieurs formes de stratifications, dominations ou de discriminations dans une société donnée à un moment donné.

Les discriminations les plus communément rencontrées sont celles qui touchent au :

  • genre (homme/femme/etc.) • classe/strate sociale (« riche/pauvre » ouvriers, artisans, employés, cadres, etc. )
  • race (noir/blanc) • culte (musulmane, juive) • culture • ethnie • classe, orientation sexuelle (LGBT, homo, etc.)
  • situation familiale, appartenance politique.

Le présupposé théorique de l’intersectionnalité est pertinent pour notre étude puisqu’il va nous permettre de considérer une caractéristique supplémentaire à celle d’être une femme de culture musulmane. Il va nous permettre de voir si le fait d’être artiste augmente ou non les discriminations.

Concrètement

En phase “préparatoire” :

Les pré-enquêtes auprès des experts et du monde associatif bruxellois ont été menées entre le mois d’août 2020 et le mois de juin 2021.

Une table-ronde pour clôturer cette phase préparatoire a été organisée le jeudi 24 juin 2021 et a été suivie le vendredi 25 juin par l’exposition de quelques œuvres d’artistes.

Au cours de l’automne-hiver 2021 : Réalisation des entretiens semi-dirigés et des focus-group auprès des artistes de culture musulmane et des associations/collectifs.
Au cours du printemps 2022 : Retranscription des entretiens enregistrés et filmés et interprétation des résultats par généralisation analytique. Réalisation et montage d’une vidéo reprenant les témoignages des artistes.
Mai 2022 : Publication du rapport final

En phase “action” :

26 au 28 mai 2022 : Sorocity Open Festival, focus sur 8 femmes artistes de culture musulmane en FWB (programme rendu public en février 2022.)
Diffusion des résultats de l’enquête, notamment via des Master Classes / Tables rondes / Conférences. Avec le concours des différents partenaires, experts et des artistes femmes de culture musulmane. Synthèse des résultats de notre travail de terrain et de son impact social. Travail préparatoire d’une suite possible via de la recherche-action. Projection de la vidéo reprenant les témoignages des artistes.

Juin 2022 : Dans la foulée du festival, expositions des réalisations artistiques/performances/installations sur 4 semaines avec rencontres-débats entre les artistes interrogées et les publics.

À la rentrée d’automne 2022
Une publication de ce rapport d’enquête augmentée de la reproduction des œuvres des artistes rencontrées sera sous presse pour la rentrée d’automne 2022.
Aussi, avec nos partenaires associatifs et institutionnels Cultures & Publics organisera à nouveau plusieurs expositions des réalisations artistiques des femmes répondantes à l’enquête.
Enfin, nous souhaiterions donner une suite à cette enquête avec le lancement d’une plateforme collaborative en ligne.
Pour toute information sur ces activités, nous vous invitons à contacter directement la responsable de cette enquête, Mme Rosanna Graceffa
(rosanna.graceffa@culturesetpublics.be // +32 494 923 938)

Au plaisir de vous rencontrer et, si vous le souhaitez, de vous compter parmi nous pour  mener à bien cette passionnante enquête sur la diversité et sur les discriminations qui touchent les femmes artistes de culture musulmane en particulier.

En charge de cette enquête chez C&P :  Rosanna Graceffa, Olivier Guilmain et France Lamboray.